CR conférence Médecins précurseurs

Compte rendu de la conférence par le Docteur FORAY le 20 septembre 2018

 

2 médecins ayant vécus à Caluire-Byssardon

 

 

Claudius Regaud (1870-1940) :

Une relecture des archives

d’un pionnier de la radiobiologie et de la radiothérapie

 

 

Né en 1870, Claudius REGAUD est un pionnier de la radiobiologie et de la radiothérapie. Histologiste, il met au point une technique de coloration qui lui permet de décrire en détails le système reproducteur de nombreux modèles animaux. Radiobiologiste, il s’oppose aux interprétations de Tribondeau et Bergonié sur les relations entre prolifération et radiosensibilité. Dès 1908, il suggère que la chromatine est la cible privilégiée des radiations. Médecin, il définit les premières bases des traitements radiothérapiques des cancers et traite des malades atteints de cancers incurables dès 1911. Militaire, il organise les hôpitaux de guerre en créant des équipes pluri-disciplinaires pour le traitement chirurgical des plaies. Organisateur, il est l’un des fondateurs de la Ligue contre le Cancer. Radiothérapeute et curiethérapeute, il fait du dispositif hospitalier, de recherche et d’enseignement de l’Institut Curie un ensemble unique au monde avec près d’un millier de patients traités. Voyageur, il est à l’origine de la création de centres de radiothérapie et de recherche en radiobiologie dans de nombreux pays. Il s’éteindra en décembre 1940 en laissant un héritage scientifique impressionnant mais aujourd’hui méconnu.

 

 

 

Léon Bouchacourt (1865-1949) :

Comment un obstétricien mit en évidence
la radiosensibilité individuelle

 

Léon BOUCHACOURT (1865-1949) fut un pionnier de la radiologie et de la radiothérapie d’origine lyonnaise bien trop méconnu. Interne en obstétrique des Hôpitaux de Paris en 1894, période pendant laquelle il rencontra Charcot, le futur explorateur polaire, il réalisa la première thèse de médecine concernant les rayons X. Il inventa une technique de radiographie des organes cavitaires comme le vagin, le rectum et la bouche, l’endodiascopie, qui lui permit de réaliser les toutes premières pelvimétries et radiographies dentaires en France. Alors qu’il effectuait déjà les premiers essais de contact-radiothérapie, il dut faire face aux réactions tissulaires radioinduites. En 1911, il publia le tout premier article sur la notion de radiosensibilité individuelle. Pendant la 1ère guerre mondiale, commandant de l’une des voitures radiologiques, il côtoya Irène Curie et développa la « bonnette » qui portera son nom et deviendra indispensable à la radiologie interventionnelle. Après-guerre, aux côtés de Béclère et de 10 autres pionniers, Léon Bouchacourt fonda la Société Française de Radiologie. Il terminera sa carrière en se passionnant pour la santé publique, les divers aspects de son métier et les devoirs du radiologue.

 



Réagir


CAPTCHA