Certificat d'études primaires à Caluire et Cuire

Reportage de Yannick PONNET Le Progrès du 15 octobre 2016

 

CALUIRE-ET-CUIRE LOISIRS

Ils ont (re)passé le certificat d’études primaires ! À l’initiative de l’association Histoire et Patrimoine de Caluire et Cuire, une centaine de candidats a passé une épreuve inspirée du certificat d’aptitudes primaire, ce vendredi soir, à la salle des fêtes.

On s’était entraîné sur un cahier. J’avais acheté un cahier de l’époque. » Christine et sa fille Julia ont toutes deux décroché un certificat d’études primaires délivré par l’association Histoire et Patrimoine, ce vendredi soir, dans la salle des fêtes. Sans mérite particulier : les quelque 125 participants ont tous été distingués et sont repartis avec un diplôme certifié par l’association (1).

Durant près d’1 h 30, ils ont répondu à des questions posées par cette association. Des questions inspirées par l’esprit du certif’. Parfois, un zeste localisées (lire par ailleurs), elles avaient pour objet de faire revivre le fameux examen de fin d’études obligatoire né au XIXe siècle. Beaucoup de têtes blanches, selon les termes d’une bénévole d’Histoire et Patrimoine. Une prochaine édition pourrait associer des générations différentes, des écoliers notamment. Philippe Cochet, député-maire, aurait apprécié l’épreuve en la trouvant – ce n’est pas faux – parfois difficile. Mais le premier magistrat de la commune est arrivé à la fumée des cierges. Pour éviter de se voir affublé d’un bonnet d’âne puisque son retard avait été annoncé et qu’en situation d’examen, cela lui aurait valu au moins un blâme, s’amuse volontiers Bernard Basse, président d’Histoire et Patrimoine. Un président pour autant visiblement ravi de la visite du maire, conquis par l’événement. Force est de constater que, chez ceux qui y ont pris part, l’initiative a séduit.

Reportage Yannick.Ponnet.

NOTE (1) : diplôme qui ne vaut rien, pour ceux qui en douteraient. Mais c’était un jeu.

Bernard Basse, président d’Histoire et Patrimoine, transformé en “proviseur” en blouse grise avec une tige de bambou ! Malgré cet arsenal, l’ambiance a été bon enfant. Photo Yannick PONNET    

 

Dictée

Personne ou presque ne connaît l’auteur choisi par les passionnés d’Histoire et Patrimoine. Le récit a pour cadre l’époque napoléonienne. Il est possible de le lire… ou de se prêter à un petit jeu. En fait, pourquoi ne cesseriez-vous pas – immédiatement – de lire cet article pour prendre une feuille blanche et demander à une tierce personne de vous lire le texte qui suit ? Vous sauriez ainsi si vous êtes capable de réaliser un sans-faute dans cet exercice de la dictée de certificat d’études primaires. Ce n’est pas évident, mais pas hors de portée… Les retours à la ligne font partie du jeu (ils sont annoncés par le lecteur). Amusez-vous !

 « Je passai de cette ferme, située sur le terrain du Vernay, sur les terres de Caluire, village qui couronne la sommité de tout ce coteau jusqu’à Cuire.

C’est un lieu agreste et sauvage qui, au premier coup d’œil, semble destiné par la nature à servir d’asile à quelque infortune. Mais lorsqu’on gravit la colline, lorsqu’on arrive sur le plateau, la scène change tout à coup et présente de toutes parts les tableaux les plus riches et les plus variés. Je dois à l’urbanité du propriétaire le plaisir d’avoir contemplé ces beaux lieux. C’est avec lui que je les ai parcourus, et je lui dois d’en connaître tous les charmes ; je les eusse jugés sans doute avec une injuste sévérité, si je les avais rapidement examinés ; je n’eusse pas le bonheur de connaître un magistrat intègre, un ami du goût et des arts… un agriculteur éclairé ».

Mazade d’Avèze Extrait de Lettres à ma fille

Le texte de la dictée : combien auriez-vous commis de fautes ? Faites-vous dicter le texte par un proche !

QUIZ EXPRESS  (Corrections)

Grammaire

Mettre au passé simple la phrase : “Mais lorsqu’on gravit [… ] les plus variés” (voir le texte de la dictée, ci-contre). Solution ? “Mais lorsqu’on gravit la colline, lorsqu’on arriva sur le plateau, la scène changea tout à coup et présenta de toutes parts les tableaux les plus riches et les plus variés”.

Calcul

Sachant que la ville de Caluire-et-Cuire s’étend sur 10,45 km², calculez sa superficie en hectares, ares et centiares. Réponse : la superficie de la commune est de 1 045 hectares, 104 500 ares et 10 450 000 centiares.

Histoire

En 1601, lors de son mariage à Lyon, un roi de France a annexé la Bresse. De ce fait, Caluire est devenue territoire de France et ses habitants devinrent Français. De qui s’agit-il ? Henri IV.

Géographie

Citez les communes limitrophes de Caluire-et-Cuire. Elles sont sept : Fontaines sur-Saône, Rillieux-la-Pape, Villeurbanne, Lyon,  Collonges-au-Mont-d’Or.

Morale

 Vous connaissez la fable de La Fontaine Le corbeau et le renard, quelle en est la morale ? « Apprenez que tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute. »

 

Certains sont venus en famille. Photo Yannick PONNET

« Ma maman, qui a 94 ans, ne pouvait pas venir. Ce soir, je vais lui faire faire les épreuves. Pour moi, c’est à refaire avec plaisir «  Françoise Guillot, habitante de Rillieux-la-Pape

 


 



Réagir


CAPTCHA